L'actu du Kasai-Oriental

Droit de réponse à l’article dénommée « ALERTE: Ngoyi Kasanji et Joseph Kabila exploitent illégalement les diamants au Kasaï avec l’aide des escadrons de la mort »

Droit de réponse à l’article dénommée  « ALERTE: Ngoyi Kasanji et Joseph Kabila exploitent illégalement les diamants au Kasaï avec l’aide des escadrons de la mort »
Jean Luc Kitengie, l'homme qui insulte les officiels congolais depuis le Canada

Jean Luc Kitengie, l’homme qui insulte les officiels congolais depuis le Canada, posant aux côtés de son ami blanc et de sa femme

Le service de Communication du Gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji a lu avec attention l’article intitulé : « ALERTE: Ngoyi Kasanji et Joseph Kabila exploitent illégalement les diamants au Kasaï avec l’aide des escadrons de la mort », publié sur le site www.vacradio.com, en date du 08 juillet 2017.

D’entrée de jeu, il importe de relever la contradiction ridicule qu’il y a entre le titre et l’attaque de cet article.  L’auteur qui affirme pourtant que …Alphonse Ngoyi Kasanji et Joseph Kabila exploitent illégalement le diamant…, prétend en commençant son texte que plusieurs congolais proches de Joseph Kabila se disent mécontents du pillage systématique de la MIBA par le Gouverneur Ngoyi Kasanji. Le raisonnement ne s’explique pas. Toutefois, il importe de rappeler ici qu’Alphonse Ngoyi Kasanji ne gère pas la MIBA. Penser qu’il la pille est donc une dénonciation calomnieuse, une infraction punie par la loi pénale.

Alphonse Ngoyi Kasanji n’a pas été mis à la tête de la Province du Kasaï oriental. Il a été élu sans contestation par 51 députés provinciaux sur les 66 qui composaient l’assemblée provinciale en 2007, réélu par les 24 députés de la nouvelle Province du Kasaï oriental à l’unanimité.

Nul ne peut qualifier Ngoyi Kasanji d’affameur de la population. Il est le premier Gouverneur à avoir initié un programme agricole. A son arrivée au pourvoir, il a invité chaque kasaien au travail. Il a demandé à tous ses administrés d’avoir chacun un champ, ce qui a permis l’afflux de produits alimentaires sur les marchés du Kasaï oriental et l’autosuffisance alimentaire.

Nous voulons informer à Monsieur Jean Luc Kienge que la famille d’Alphonse Ngoyi Kasanji ne vit pas au Canada avec l’aide sociale du Gouvernement du pays précité. Pour sa mémoire, cette famille réside au Canada depuis 2001. Elle avait pour ce faire régulièrement demandé la résidence permanente auprès des services d’immigration canadiens, tout en référant que la prise en charge totale serait assurée par Monsieur Alphonse Ngoyi Kasanji, alors homme d’affaire connu dans son pays et ailleurs dans le monde, après avoir vendu à plusieurs millions de dollars américains, l’un de plus gros diamant de l’histoire du Kasaï oriental. Jusqu’à ce jour, la Famille NGOKAS n’a jamais joui d’un seul dollar du gouvernement canadien. Etant lui même résidant au Canada, Mr Kienge peut bien aller faire la vérification auprès des Services d’immigration s’il peut. Mais nous pensons que cette affirmation est une moquerie à l’endroit du Gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji que sieur KIENGE ne connaît surement pas. Nous en voulons pour preuve: Dans une publication sur le même site, le précité KIENGE avait affirmé que « … De là, M. Kasanji et sa famille venait à mon ancien magasin-restaurant africain où j’y vendais et y faisais aussi louer des films africains. Lui et sa famille aimaient beaucoup les films nigérians qu’ils achetaient et louaient à crédit, et dont malheureusement, la facture est toujours en souffrance jusqu’à ce jour. » FAUX. Alphonse NGOYI KASANJI n’a jamais vu ou rencontré un certain Jean Luc Kienge. Lui et sa famille n’ont pas l’habitude de regarder des films nigérians et par conséquent n’a jamais contracté un quelconque prêt de films. Ce type (Kienge), veut tout simplement se faire une petite publicité avec le nom de Ngoyi Kasanji.

Mr Kienge ne donne aucune preuve du détournement auquel il fait allusion. Il ne fait référence à aucun audit qui aurait été fait dans ce sens.

Parlant de la prétendue exploitation illégale du diamant dans l’ex Sengamines, Mr Kienge prouve encore son ignorance car il ne sait même pas que les concessions de l’ex Sengamines sont actuellement exploitées par la Société Anhui Congo d’Investissement Minier, une société dont le capital est détenu à 50%  par l’Etat congolais et 50% par les chinois. Aucun privé n’exploite donc le diamant sur ces concessions.

Kienge est aussi l’un de rares congolais qui ignorent que Ngoyi Kasanji s’est fait des millions de dollars alors qu’il ne rêvait même pas devenir Gouverneur de la Province du Kasaï oriental. Vers les années 1996, il faisait déjà partie du cercle très restreint de millionnaires zaïrois. En 2000, il a régulièrement acheté l’un de plus gros diamant de l’histoire (265,86 carats, tout blanc, couleur D, sans florescence). Cette pierre a été vendue à plusieurs millions de dollars et le trésor public congolais en avait légalement perçu ses droits. Donc, c’est soit par simple volonté de se jouer de la personne qu’il fait de telles affirmations, soit par ignorance. Pour son information, Ngoyi Kasanji a commencé le métier de diamantaire vers les années 1985, alors qu’il était lui-même âgé de 22 ans seulement. Il est passé par toutes les étapes et a même été porté à la tête de la Fédération Congolaise de l’Or et du Diamant FECODI et du Conseil Provincial de Diamantaires CPD. Il est l’un de tout meilleurs évaluateurs du diamant que compte la République Démocratique du Congo. Ngoyi Kasanji est élu pour servir le peuple et non pour amasser l’argent.

Le Gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji n’a aucune drague sur les concessions de la MIBA. C’est encore une fois une allégation mensongère. Les sociétés qui possèdent des dragues au Kasaï oriental ont signé des contrats d’amodiation réguliers avec la MIBA. Aucune présence pakistanaise n’a été rapporté par les services d’immigration du Kasaï oriental. Si Mr KIENGE a les copies des passeports de sujets pakistanais qui se trouveraient à Mbujimayi, il n’a qu’à les publier.

Le Gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji n’a jamais déclaré qu’il est le Maître du Kasaï, ou encore qu’il peut tout faire car il a la confiance du Chef de l’Etat. S’il l’aurait dit à une personne, qu’elle en fournisse la preuve, même un son. Une fois de plus, une dénonciation calomnieuse. Alphonse NGOYI est donc un fils du Kasaï, jouissant de la confiance de la population qui l’a voté en 2006 comme député provincial, en 2007 comme Gouverneur, en 2011 comme député national et en 2016 comme gouverneur de la nouvelle province du Kasaï oriental. C’est un élu habituel car dans son jeune âge il a souvent été élu. Notamment comme président du CPD et de la FECODI.

Les concessions minières au Kasai oriental ne sont pas le monopole de la MIBA. Sachez bien Mr KIENGE qu’il existe d’autres concessionnaires qui ont acquis des carrés auprès du cadastre minier et qui en détiennent des documents en ordre, dans le respect du code minier congolais.

Mr KIENGE se joue ou encore se moque du peuple kasaien en prétendant qu’il y aurait de prisonniers morts, dont les orteils, testicules etc ont été bouffés par les raz. Qu’il vienne à Mbuji-Mayi et il va constater que les prisonniers sont bien nourris. Le Gouvernement de la république envoie chaque trimestre une dotation de près de 60.000 $. Le Gouvernement provincial a une dotation spéciale destinée à la Prison. Le kasaien n’est pas n’importe quel peuple pour que Mr Jean Luc Kienge dont on ne connaît même pas la province d’origine, puisse se jouer de lui. Nous attendons donc que soit fournie une seule image de prisonniers morts à Mbuji-Mayi et dont des organes ont été bouffés par les raz.

Quand il pense aussi que le Kasaï est aujourd’hui l’endroit le plus insécurisé de la République. Il parle de quel Kasaï? Oriental? Faux. Le Kasaï oriental que dirige Alphonse Ngoyi Kasanji est un oasis de paix. Alors que la violence faisait sa loi dans l’espace kasaien, le Kasai oriental est la seule province où le centre d’intérêt n’a pas été touché à savoir la ville de Mbuji-Mayi, jusqu’à ce jour épargnée de la barbarie Kamuina Nsapu. Les quelques zones infiltrées par ce mouvement étaient les villages frontaliers des provinces concernées. C’est dire le Kasaï Central et le LOMAMI. Des miliciens venues de ces provinces faisaient des incursions non régulières dans les villages limitrophes. Mais à ce jour, la situation est totalement maitrisée. Il n’y a plus de milices sur le territoire estkasaien. Tout cela grâce aux méthodes pacifiques d’Alphonse Ngoyi Kasanji, qui a réussi à maintenir la sécurité et la paix. Nous invitons les détenteurs de ce site kamikaze de consulter le rapport des nations unies sur la situation sécuritaire dans l’espace kasaien. C’est inadmissible d’élaborer de tels articles sans s’être documenté au préalable.

Cela dénote un amateurisme et une complaisance très graves. Le contenu de ce site ne peut jouir d’aucune crédibilité de la part des internautes car ses auteurs n’ont pour seul objectif que de vilipender et/ou salir l’image de marque des autorités congolaises.

Nous invitons Mr Kienge à venir voir la situation au Kasaï oriental. Ngoyi Kasanji n’est pas un incivique. Quand il eût fallu payer ses impôts et taxes en tant qu’homme d’affaires, il l’avait Toujours fait sans ambages.

Les cas de viols sont en nette diminution au Kasaï oriental au fil des années. Nous l’invitons à ce sujet, à feuilleter encore une fois le rapport de la MONUSCO et de la conseillère spéciale du Chef de l’Etat en matière de lutte contre les violences sexuelles Mme Jeannine MABUNDA. Aucun cas d’exécution extra judiciaire ou d’enlèvement n’a été répertorié dans notre Province. S’il a des preuves d’un seul cas de plainte d’un quelconque enlèvement qu’il les publie. Apparemment KIENGE parle d’un autre Kasaï. Pas celui dirigé par NGOYI KASANJI.

Aucune société n’exploite illégalement à ce jour les minerais au Kasaï oriental. Aucun village n’a non plus été dépeuplé. Il ne cite pas le nom du village dépeuplé. Les estkasaiens vivent dans la paix et la tranquillité aux 4 coins de la Province. Ce Mr trompe également l’opinion en soutenant que les villages qui se trouvent sur les concessions riches ont été vendus par le Gouverneur à ses amis étrangers, oubliant que les carrés miniers ne peuvent pas être octroyés à des tiers par un gouverneur de province, en vertu du code minier. Quel est le travail du Cadastre Minier, service relevant de la compétence du ministère de mines du gouvernement central? Que Mr Kienge nous réponde.

Aucune personne n’a jamais été enterrée vivante à Mbuji-Mayi. Ni encore moins dans les concessions Miba. Les sources auxquelles KIENGE fait allusion sont tout simplement imaginaires. Il n’a aucun frère au Kasaï oriental et ne peut donc faire de telles allégations ridicules.

Au vu de tout ceci, Jean Luc Kienge vient de prouver encore une fois à la face du monde sa haine, ses mensonges, son ignorance de ce qui se passe au Kasaï oriental où il n’est pas originaire et son amateurisme grotesque dans le traitement des sujets sensibles ayant trait à la vie de la population. Nous ne sommes pas surpris car ce site de la Voix de l’Afrique au Canada s’est spécialisé dans la participation aux complots et autres messes noires qu’organisent des congolais en mal de positionnement pour salir leurs compatriotes qui ont choisi l’apostolat, pour servir le peuple. Le cas d’Alphonse NGOYI KASANJI.

Ce farceur de mauvais goût s’arroge le droit d’accuser sans preuve Ngoyi Kasanji d’être à la base de crimes dans le grand Kasaï, oubliant que ce dernier n’est que gouverneur d’une seule province, parmi les 5 qui composent cet espace. Ce clown met également en doute la compétence des hauts magistrats congolais qui suivent au quotidien ce qui se passe dans le Kasaï et qui sont informé de la marche du Gouverneur Ngoyi Kasanji, un élu respecté jouissant de la crédibilité approuvée.

Nous demandons au Canada, terre d’accueil du refugié Jean Luc Kitengie de refouler ce criminel car il constitue un danger permanent pour le Canada et la république démocratique du Congo.

Ngoyi Kasanji aurait-il demandé un référendum? FAUX Voilà une nouvelle farce. Tous ses discours en publics sont enregistrés. Aucun son ne prouve de telles allégations. Aucun village au Kasaï oriental n’a ni été exterminé, ni encore déplacé pour exploiter le diamant. Si tel est le cas, citez le nom du village concerné.

Nous souhaitons plutôt que le nom cet énergumène soit inscrit sur la liste de criminels à arrêter au Canada. Car en faisant de telles imputations dommageables, sa seule volonté est de tuer l’influence du Gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji. Les dénonciations calomnieuses sont punies par la peine de prison, même au Canada. Le seul travail de cet internaute, qui ne maitrise même pas les règles de la grammaire et l’orthographe, est de salir l’image des autorités en les vilipendant. Si les faits sont avérés, Jean Luc Kiengie doit être expulsé du territoire canadien. Ce refugié qui n’est pas à son premier forfait pense que tout lui est permis. Nous nous posons même la question de savoir si sieur Jean Luc Kitengie n’est-il pas dépressif? Car les raisonnements qu’il développe sont souvent altérés ou même pourris.

Lorsqu’il fait des allégations, qu’il soit en mesure d’en donner les preuves. Au cas contraire, nous nous réservons le droit de saisir les instances judiciaires compétentes pour diffamation, dénonciations calomnieuses ou encore imputations dommageables.

Nous vous remercions

Service de Communication du Gouv Ngoyi Kasanji

publicite

affichez-votre-publicite

Catégories

Calendrier

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930